La Commune et la République
Article mis en ligne le 16 avril 2013

par K.S.
logo imprimer

L’Association Pour la Mémoire Républicaine dans les BdR avec le soutien de la Libre Pensée (FNLP) organise le samedi 27 avril prochain une Conférence – Débat intitulée :
« Commune de Marseille 1871 :
L’exécution de Gaston Crémieux, un inéluctable épilogue ?
 »

(Annonce en document joint ci-dessous).

La Commune de 1871 fut réprimée dans le sang par la République de Thiers (précédemment ministre de Louis-Philippe). Est-ce à ce titre qu’elle est évoquée par cette « Association Pour la Mémoire Républicaine dans les BdR » ?

Que veut dire le mot république, si ce n’est (définition du Petit Larousse) : « Forme d’organisation politique dans laquelle les détenteurs du pouvoir l’exercent en vertu d’un mandat conféré par le corps social ». C’est-à-dire qui dépose un bulletin dans l’urne électorale et ensuite, dans sa grande majorité, laisse faire et s’en lave les mains… L’École de la République, si elle fut laïque, fut aussi cocardière et va-t-en guerre, sans compter, à l’époque, la célébration de la colonisation comme fait de civilisation.

La République s’est-elle abstenue de fusiller ou d’emprisonner ceux qui refusaient la guerre, de massacrer les ouvriers manifestant pour leurs droits ? Il n’y a eu pour ces crimes nul besoin de royauté, d’empire ou d’État français.

De surcroît, faire ainsi référence à la République – même rêvée et « idéale » - donne appui aux politiques qui utilisent le terme selon leurs besoins et leur tactique électorale. Et c’est regrettable.

SKS


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Annonce conférence
  • 519.1 ko / PDF
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84