Amina en libération conditionnelle

par K.S.

Halim Meddeb, avocat d’Amina Sbouï, militante du groupe féministe Femen, a informé l’AFP de la remise en liberté d’Amina, qui reste cependant dans l’attente d’un nouveau procès pour avoir inscrit le mot « femen » sur les murs d’un cimetière, en protestation contre un rassemblement salafiste.
Après avoir abandonné avait des poursuites pour outrage à des gardiennes de prison et atteinte à la pudeur, la justice persiste avec trois chefs d’accusation - « atteinte aux bonnes mœurs », « association de malfaiteurs » et « profanation de cimetière », ce qui pourrait entraîner des peines très lourdes.