"La Révolution sans violence"
Article mis en ligne le 7 septembre 2013

par K.S.
logo imprimer

Sur le site de la Convention vie et Nature, la lettre hebdomadaire datée du 1er septembre, du président Gérard Charollois, s’intitule « La Révolution sans violence ».

Toute la première partie est exemplaire. La suite n’est pas contradictoire avec le début, mais elle est exprimée dans des termes qui sont loin du vocabulaire habituel des "gens de gauche". Pour autant, l’articulation du refus de la violence dans le domaine humain avec le refus de la cruauté envers les autres espèces est intéressante. Elle semble révélatrice d’une logique de pensée qu’un certain nombre de libertaires et de penseurs libres partagent.

SKS

L’Histoire de l’humanité s’est faite à coups d’épées.
Aux noms de la liberté, de l’égalité, de la lutte des classes, de l’émancipation des uns opprimés par les autres, des hommes dressèrent des échafauds, bâtirent des camps, massacrèrent d’innombrables réfractaires ou présumés tels.
Pour combattre les sociétés féodales, puis capitalistes, sociétés fondées sur des valeurs de mort, les concepteurs d’ordres nouveaux opposèrent des valeurs de mort.
Notre temps pourrait accéder à une rupture inédite, plus radicale que les précédentes, car sans guillotines, sans goulags, sans vainqueurs qui épurent, sans la moindre violence contre les personnes.

Une Révolution : Pourquoi faire ?

Pour que les concepts de « concurrence », de « compétition », « d’exploitation », de « domination », soient reconnus comme ce qu’ils sont : des perversions.
Pour que la solidarité, la compassion, la raison triomphent de l’obsession de l’accaparement, et des stupides superstitions fondements des communautarismes criminogènes.

Le socle de cette Révolution réside dans le rapport que l’humain entretient avec la nature et les animaux.

Observons que la contestation des actes de cruauté envers les animaux ne s’accompagne d’aucune brutalité à l’encontre des personnes et que, fut-elle radicale en sa pensée, cette remise en cause de la chasse, de la tauromachie, de l’élevage, de la vivisection ne génère aucune violence, ce que déplorent évidemment les lobbies de la mort qui y trouveraient l’occasion d’éliminer leurs adversaires idéologiques.

Suite et intégralité du texte sur http://www.ecologie-radicale.org/in....


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84