Deux poids, deux mesures.
L’effacement d’un baptême refusé en appel
Article mis en ligne le 26 septembre 2013

par K.S.
logo imprimer

Deux poids, deux mesures. Depuis plusieurs années, les associations, partis etc. n’ont pas le droit de conserver les listes des personnes n’étant plus adhérentes. Mais l’Église catholique, elle, peut le faire, au nom de croyances auxquelles chaque individu, dans un pays laïque de par sa constitution, est libre de ne pas, ou plus, adhérer. Et tant pis pour le respect de la vie privée.

Un septuagénaire, se sentant en profond désaccord avec l’Église catholique, suite aux affaires de pédophilie et aux positions du pape sur le préservatif, demande que la mention de son baptême soit totalement effacée du registre. Car, s’étant déjà fait "débaptiser", son nom apparaissait encore sur les registres paroissiaux et diocésains avec la mention " a renié son baptême ". En 2011, le tribunal civil - pour la première fois en France - condamne un diocèse à effacer la mention d’un baptême au nom du respect de la vie privée. Le diocèse de Coutances fait alors appel. Et la cour d’appel de Caen a finalement annulé cette condamnation. La justice est indépendante, si, si…

Et vive la laïcité !


Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84