Ton corps t’appartient (voire !)

mardi 7 janvier 2014
par  K.S.
popularité : 4%

Une pétition a tout récemment été lancée sur Care2 Action Alerts [1] demandant à ce qu’une mère puisse, en Israël, refuser la circoncision pour son fils. On rappellera que la constitution de l’État d’Israël n’est pas laïque. La première phrase de la pétition est (librement traduit de l’anglais [2]) :

« La circoncision est une décision extrêmement personnelle que les parents seuls devraient être habilités à prendre. »

Bien évidemment, on peut lutter contre le fait que dans la plupart des pays, la religion s’invite dans le droit public et privé, et s’inscrive jusque dans les constitutions.

Bien évidemment, on peut comprendre le refus d’une mère d’un acte de cet ordre qui ne serait pas justifié sur le plan médical.

Mais cette première phrase de la pétition pose question. Car si seuls les parents sont à même de prendre toutes décisions pour leurs enfants, cela les place en position de propriétaires qui disposent à leur gré, souvent dans les meilleures intentions, du présent et de l’avenir de leurs enfants. On m’objectera à juste titre que l’État et les autres institutions ne sont pas plus légitimes.

Mais quand pour des raisons religieuses et/ou par respect des traditions, on marque et on mutile définitivement les enfants, cela mérite réflexion. Certes, comparée à l’excision entraînant risques vitaux et séquelles graves, la circoncision ne présente pas les mêmes atteintes – notamment aux fonctions sexuelles, certains lui attribuent au contraire des bienfaits dans ce domaine – . Elle peut se faire dans des conditions sanitaires correctes, et avec anesthésie sauf chez les stricts observants. Cependant, pratiquée dans la petite enfance, elle reste fondamentalement en opposition avec la libre disposition de son corps que peut revendiquer tout individu. Le corps : mot d’usage assez tendancieux puisqu’il suppose une dichotomie corps/esprit. Conservons-le pour l’instant, faute de mieux.

Je le sais, je risque d’être accusée d’antisémitisme comme d’islamophobie. A tort, puisque je n’attaque pas les personnes, mais les idéologies et les traditions qui enchaînent les individus. Des amis non croyants mais attachés à une certaine idée de la transmission, m’ont expliqué qu’il s’agissait d’inscrire l’enfant dans une lignée et dans une communauté. Est-il pour cela besoin de marquer dans leur chair ses descendants, dès leur plus jeune âge ? Un certain nombre de contemporains goûtent aux tatouages, percings et autres pratiques impliquant directement le corps. Mais ils le font une fois adultes, indépendamment de la volonté de leurs géniteurs.

Certainement, nous avons besoin pour nous construire de connaître nos origines. Ainsi, Marguerite Yourcenar dans Archives du Nord fait remonter, à juste titre, la recherche de ses ancêtres à la préhistoire… Il y a beaucoup à transmettre aux enfants : la connaissance de l’histoire de l’humanité, du vivant et de la planète, des valeurs telles que la solidarité, l’esprit critique, la recherche de la justice, les sciences, les arts, la musique, la poésie, et tant d’autres choses… par l’exemple, la parole, l’expérience. Les aléas de la vie ne suffisent-ils pas à nous marquer physiquement et moralement ?

Léonore


[2texte d’origine : Circumcision is an extremely personal decision that parents should be able to undertake privately.


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)