"Le Fil conducteur" et
Le Collectif des 39 pour une refondation de la psychiatrie
Article mis en ligne le 1er avril 2014

par K.S.
logo imprimer

Il y a environ 10 ans, des États généraux de la psychiatrie avaient réuni -fait rarissime- toutes les organisations professionnelles et scientifiques pour alerter le gouvernement de l’époque sur la dégradation de l’accueil et des soins aux personnes souffrant de difficultés psychiques, de pathologies mentales, avec 22 mesures d’urgence demandées. Mais rien ne s’est amélioré. Au contraire, dérives et graves carences ont été dénoncées depuis par des associations de patients et de familles et par des professionnels.

C’est dans ce contexte que s’est constitué le Collectif des 39 réunissant des professionnels, rejoints par des patients et des familles.

Le Collectif des 39 s’est d’abord opposé au tournant sécuritaire, qui s’est traduit par une modification de la loi sur les hospitalisations sans consentement de 1990 : la nouvelle loi visait à transformer la psychiatrie, dispositif de soins au service des patients, en un dispositif essentiellement centré sur des missions de contrôle social et de normalisation des comportements et des populations.

Le Collectif des 39 définit ainsi son éthique : soins et accueil autour de la notion d’hospitalité et son action :

« • Une conception de la folie et de la psychiatrie, dont l’objet est de soigner des personnes en souffrance et non de se limiter à traiter des symptômes.
• Les moyens humains et financiers nécessaires pour mettre en œuvre une telle conception de la psychiatrie.
• Des formations permettant aux soignants de développer une telle conception du soin. »
Tout ceci résumé dans un mémorandum à découvrir sur : <span class='ressource spip....

[…]

Par ailleurs, à l’issue des assises organisées par les "39" au mois de juin 2013, un groupe de familles, qui se dénomme « le fil conducteur », s’est constitué en groupe de réflexion et a rédigé un manifeste (<span class='ressource spip...).

En effet, rassemblés et unis par une expérience douloureuse basée sur un vécu semblable, tous ont la volonté de faire bouger et changer des dysfonctionnements criants et insupportables. « Inventer ensemble autour des questions de l’accompagnement, de l’accueil, du soin, du suivi. » On remarquera qu’au lieu de s’opposer, familles, patients, soignants, avec cependant des positions différentes, tiennent à faire œuvre commune pour formuler ce qu’ils entendent par « soins en psychiatrie ».


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84