Un intégrisme, des intégrismes…

dimanche 21 décembre 2014
popularité : 5%

Les libres penseurs qui critiquent le christianisme autant que l’islam seraient, selon un ami, en train de tirer sur l’ambulance… Je crains que, comme bien d’autres, il ne se soit mépris.

L’islam et sa forme la plus toxique et dangereuse, l’islamisme, est en effet au devant de la scène. Comment y voir clair, au-delà des effets médiatiques et des discours des pouvoirs ?

D’une part, des gens de gauche bien intentionnés, conscients des fautes du colonialisme, semblent ignorer que l’islam n’est pas seulement présent dans d’anciennes colonies, mais dans beaucoup d’autres régions du monde dont l’histoire et les cultures sont différentes. Obnubilés par ce qu’ils appellent – avec les communautés confessionnelles - l’islamophobie, ils ne voient plus les dangers que soulignent par exemple Boualem Sansal [1], ou Djemila Benhabib, [2]. Ce faisant, ils privent de leur soutien ceux qui, élevés dans la culture musulmane, aspirent à une société laïque - tout comme nombre d’européens élevés dans la culture chrétienne et néanmoins laïques, voire athées. Et ils oublient que ces courageux penseurs libres sont souvent les premières victimes des intégristes.

D’autre part, l’extrême-droite s’est emparée de la notion de laïcité à seule fin de rejeter les personnes de confession musulmane, dans un premier temps. Mais on voit vite poindre les vieux démons, avec l’antisémitisme, et l’affirmation que la France et l’Europe sont essentiellement chrétiennes.

Quant à l’Église catholique, elle n’évolue pas mais adapte ses discours. On le sait (voir " Disposer de soi" http://penselibre.org/spip.php?arti... et "L’Église catholique ne renonce jamais…" http://penselibre.org/spip.php?arti...), elle soutient plus ou moins ouvertement les lobbies anti-IVG et s’engouffre dans chacune des multiples brèches taillées dans la Loi de séparation des Églises et de l’État. Il y a dans ce domaine un large consensus entre les tenants des diverses confessions, ce que les uns ont obtenu rend service à tous...

Il faut en tout cas encourager les croyants qui préfèrent la laïcité à l’intolérance, et ne pas les confondre avec leurs convictions, lesquelles peuvent évoluer. Peut-être entre le fanatisme le plus extrême et la pratique religieuse la plus modérée n’existe-t-il qu’une différence de degré, tout comme entre les espèces vivantes étudiées par Darwin.

Toutefois, existe-t-il une religion qui par ses dogmes et par ses pratiques n’apporte pas la haine, la violence, l’interdiction de penser et de s’exprimer librement ? Pour les monothéismes, l’histoire est malheureusement trop chargée d’exemples terrifiants pour leur accorder ce crédit, et notre époque ne fait que confirmer les expériences passées. Il est à craindre que la croyance en un arrière-monde – soit une vie éternelle – n’autorise les plus fanatiques à faire bon marché de cette vie, quitte à massacrer en masse, y compris des enfants, pourtant avenir de notre monde d’humains.

Léonore


[1Boualem Sansal, Gouverner au nom d’Allah, Gallimard 2013, et aussi Le Village de l’Allemand, Gallimard, 2008

[2Djemila Benhabib, Ma vie à contre-Coran,, VLB Editeur, 2009


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)