Un Marocain athée
affirme avoir été trahi par l’Occident et l’Orient
Article mis en ligne le 25 février 2015
dernière modification le 24 février 2015

par K.S.
logo imprimer

Le site YABILADI [1] relate l’intervention lors d’une conférence sur l’apostasie et la laïcité tenue à Londres le 6 février, d’un jeune marocain, Imad Iddine Habib, « qui accuse l’Occident et l’Orient de l’avoir trahi dans sa lutte pour la défense des libertés individuelles dont le droit d’être athée ».

« Fondateur du Conseil des ex-musulmans du Maroc, Habib affirme que la création de ce mouvement lui a valu les critiques de tout bord, même de la part des groupes laïcs de gauche. Il explique qu’alors qu’il s’attendait à plus de soutien de l’Occident, il a été « déçu » par les groupes libéraux et de gauche qui étaient réticents à rallier sa cause. D’après lui, certains ont même fait preuve d’un certain « extrémisme » concernant ses points de vue sur la religion.

Idem en Orient. « Je me suis retrouvé seule dans une lutte sur d’interminables fronts : les fascistes pan-arabes ; le régime totalitaire arabe laïc ; les mouvements laïcs anti-féministes ; et les apologistes de l’islamisme à gauche », a-t-il déclaré. Le jeune homme dit avoir « perdu espoir pour le monde arabo-musulman ». D’après lui, « la gauche, en quête de voix, se tourne vers les islamiques ». « Regardez ce que la région était dans les années 1970. Quels progrès avons-nous fait en 45 ans ? », demande-t-il. »

Suite à la création du Conseil des ex-musulmans du Maroc, le jeune homme, également militant actif du Mouvement alternatif des libertés individuelles (MALI), co-fondateur de Masayminch [2] a dû s’exiler.

« Aujourd’hui à Londres, Imad poursuit son combat aux côtés d’autres jeunes athées originaires des pays arabes notamment. Lors de la conférence, ils ont défendu la nécessité pour ces États de devenir laïcs. L’apostat marocain a notamment évoqué le cas de la Tunisie expliquant comment les mutilations génitales féminines auraient augmenté dans le pays avec l’accession au pouvoir des islamistes. Ces jeunes estiment qu’après le christianisme, c’est au tour de l’islam de se plier à la laïcité. »

Notes :

[1(http://www.yabiladi.com/articles/de..., article publié le 10.02.2015, par Ristel Tchounand )

[2Masayminch : "nous ne jeûnons pas" en arabe marocain


Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84