François Cavanna :
Article mis en ligne le 6 juin 2015
dernière modification le 9 mai 2015

par K.S.
logo imprimer

"Ce qu’on a appelé "liberté de conscience", au long de l’Histoire, c’est la liberté, pour les insatisfaits du culte officiel massivement majoritaire dans un certain pays, de pratiquer une religion différente, généralement simple version légèrement déviante du culte officiel, à proprement parler : une hérésie.
Il n’a jamais été question de liberté de conscience pour les non-croyants. Quand le protestantisme version Calvin se fut imposé à Genève comme religion dominante, le simple soupçon d’athéisme vous conduisait au bûcher plus sûrement que la persistance dans la religion catholique, devenue à son tour "hérésie".
Aujourd’hui encore, surtout hors de France, ne pas croire en une version quelconque de Dieu est proprement impensable. L’athée est regardé avec une certaine répugnance, comme une espèce de monstruosité, d’ébauche humaine inachevée à qui il manque une faculté essentielle."

(François Cavanna / 1923-2014 / Lettre ouverte aux culs-bénits)


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84