"Au Féminin"

Un poème d’Esther Granek
jeudi 2 juillet 2015
par  K.S.
popularité : 6%

Vais-je traîner toute ma vie

en moi cette sorte de litanie

qui ne me laisse point de repos

et met ma conscience en morceaux ?

* * *
Car voyez-vous, quoi que je fasse,

toujours quelque chose me tracasse

et mes actes les plus louables

au fond de moi me crient : coupable !

* * *

Coupable je suis, sachez-le.

Comment, pourquoi importent peu

car mes réponses mille fois reprises

sans fin en moi se contredisent.

* * *

Coupable je suis de telle sorte

qu’à y penser toute chose me porte

et mes regrets sempiternels

me sont punition éternelle.

* * *

Ainsi donc, n’ayant nulle paix,

de moi-même faisant le portrait,

je rumine l’énumération

de mes actions et inactions…

* * *

J’adore me prélasser au lit,

lisant, me cultivant l’esprit.

Mais le remords, comme un démon,

sitôt m’insuffle son poison.

* * *

Alors je m’attèle à la tâche

et comme une brute, fais le ménage,

mais en même temps je me répète :

ma fille, tu seras toujours bête !

* * *

Je veux, ai-je raison ou tort ?

aussi m’occuper de mon corps

pour être épouse désirable

d’un effet quelque peu durable.

* * *

Mais dès qu’à mes soins je m’adonne,

une voix perfide me chantonne :

tu as raison, ne pense qu’à toi,

ils attendront pour le repas !

* * *

Alors, retrouvant mes casseroles,

échevelée et l’air d’une folle,

je me redis dans un sermon :

toujours seras-tu une souillon ?

* * *

Parfois, avide de détente,

je me complais à ce qui tente,

croyant voler quelques bonnes heures

au temps à consacrer ailleurs.

* * *

Mais au lieu de me réjouir,

je ne cherche qu’à troubler ma fête

car de mes cent tâches non faites,

je me punis comme à plaisir !

* * *

Ainsi donc, n’ayant nulle paix…

De moi-même faisant le procès…

Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978

Les poèmes d’Esther Granek peuvent être découverts,sur le site poetica.fr.


Brèves

27 novembre 2008 - Les amis de Georges

Dans le numéro 106 (novembre-décembre 2008) de la revue "Les amis de Georges" , on trouve (...)