14-18 : Petite bibliographie (forcément incomplète et sélective) et quelques articles sur la toile

mercredi 11 novembre 2015
par  K.S.
popularité : 5%

Quelques livres :

- Lucien Jacques : Carnets de Moleskine. préface de Jean Giono, Gallimard, janvier 2014 (1ère édition 1939). « - C’est de la chance que nous avons, d’être ce que nous sommes dans cette saloperie. Ni toi, ni moi, nous n’avons tué. »

- Isabelle Jeger : « Si on avait écouté Jaurès » - Lettres d’un pacifiste depuis les tranchées – Charles Patard, Notes de guerre et correspondance 1914-1917. Éditions Privat, 2014 « S’il faut venger nos morts !... oh alors nous n’y sommes pas… et la paix n’est pas proche, car en vengeant nos morts, nous y resterons, nous les derniers survivants, et notre sang à son tour criera vengeance. […] Non, mon sang du moins ne criera pas vengeance… »

- Gérard Leidet, coordinateur : Le Mouvement ouvrier provençal à l’épreuve de la grande guerre (1909-1919) – Union sacrée, pacifisme et luttes sociales., Éditions Syllepse (Paris) et Promemo (Marseille), 2015. « Cet ouvrage a pour ambition de réunir quelques-unes des problématiques relatives à l’évolution du mouvement ouvrier pendant la Grande guerre. Vues d’abord de Paris, à l’échelle nationale donc, plusieurs contributions offrent des éclairages documentés, souvent inédits et complémentaires, sur les luttes sociales, le pacifisme, le rapport l’ l’Union sacrée. »

- Roger Monclin :Les Damnés de la guerre (Les crimes de la guerre et de la justice militaire 1914-1918)., Éd. UPF, 1978

- François Roux : La Grande Guerre inconnue – Les poilus contre l’armée française., Les Éditions de Paris – Max Chaleil, 2006. « Évoquée à demi-mots dans de nombreuses lettres de poilus, cette « grève de la guerre » qui s’installe dès que les gradés relâchent leur attention prend des formes multiples qui vont de la coexistence pacifique à la fraternisation. » « La censure de la correspondance, instituée officiellement pour protéger l’armée française de l’espionnage, permet surtout aux dirigeants civils et militaires de dépister les « mauvais esprits », de mesurer la combativité des troupes et d’éviter que les baisses de moral des soldats n’influencent la société civile. »

- Bertrand Russell, Le Pacifisme et la Révolution. Écrits politiques (1914-1918)., traduit de l’anglais par Olivier Esteves & Claire Habart, textes choisis et préfacés par Olivier Esteves & Jean-Jacques Rosat, Éd. Agone, 24/04/2014, 320 pages. Bertrand Russell (1872–1970) a été le seul grand philosophe européen à s’opposer à la Première Guerre mondiale, du premier au dernier jour, par le discours et par l’action. Militant à plein temps avec les objecteurs de conscience, il est chassé de son université, interdit de séjour sur une partie du Royaume-Uni, et finalement emprisonné.

- Françoise Thébaud : Les femmes au temps de la guerre de 14., Petite Bibliothèque Payot, 2013, 480 p. « On a créé à ce sujet nombre de mythes et de stéréotypes dont celui d’une émancipation des femmes due à cette période. L’auteure montre qu’il n’en est rien, à part l’éviction du corset et le raccourcissement des jupes et des chevelures. »

- Stéphane Tison, Hervé Guillemain, Du front à l’asile, 1914-1918., Alma éditeur.

Sur le web :

- "Frans Masereel, graver le pacifisme" par Moris Leau-Déviant, http://www.unionpacifiste.org/spip....

- "Aux déserteurs inconnus" http://www.unionpacifiste.org/spip.... « Un qui l’a eu ce courage, dans un petit village aux confins des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence, dans le pays de Giono, ô symbole, Giono dont il aurait pu être l’un des personnages, mais on n’est pas dans la fiction et son histoire n’en est que plus belle, un qui l’a eu ce courage, ce geste héroïque (si l’héroïsme consiste à sauver des vies, combien en a-t-il épargné celui-là, et quel exemple merveilleux justement pour la jeunesse), c’est un certain Barthélémy.
Profitant d’une permission dès le début du conflit, le jeune homme de l’époque décide de ne jamais, jamais au grand jamais, retourner au front. Il fallait le faire, certes, la désertion, en temps de guerre, ça coûte cher. « On était automatiquement versé dans les bataillons disciplinaires, les tristement célèbres “Joyeux” placés en première ligne. Et la désertion, la “lâcheté” (décidément les mots n’ont pas le même sens selon les « valeurs » que l’on se choisit), c’est mal vu. Rester planqué pendant que les autres vont se faire trouer la peau, c’est une option que la population, même civile, n’accepte pas facilement.
 »

- "André Claudot, peintre antimilitariste"
http://www.unionpacifiste.org/spip....

- "Les femmes contre la Première guerre mondiale (1914-1918)"
http://unionpacifiste.org/spip.php?... Rosa Luxemburg a été arrêtée en février 1914 pour avoir incité les soldats à se rebeller et avait déclaré : « S’ils attendent que nous assassinions les Français ou n’importe quel autre frère étranger, il faut leur dire : « Non, en aucune circonstance. »

- "Instituteurs et institutrices pacifistes face à la guerre" http://unionpacifiste.org/spip.php?...

- "Démarche républicaine" (au sujet des fusillés pour l’exemple) http://penselibre.org/spip.php?arti...


Brèves

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)

14 juin 2016 - Appel d’Amnesty

Jeux olympiques, coupe du monde et violences policières – voir : http://info.amnesty.be/adserver2/co..