Le poète palestinien Ashraf Fayad condamné à mort pour "apostasie"
Article mis en ligne le 28 novembre 2015

par K.S.
logo imprimer

Le poète palestinien Ashraf Fayad, réfugié en Arabie saoudite, vient d’y être condamné à mort pour "apostasie" : l’Arabie saoudite lui reproche d’avoir tenu des propos contre Dieu et contre le royaume.

Ashraf Fayad, qui avait représenté l’Arabie saoudite lors de la Biennale de Venise en 2013, était déjà inquiété par la police religieuse du royaume pour des poèmes aux idées athées. Arrêté en 2013, pour blasphème, relâché le lendemain, puis à nouveau arrêté en janvier 2014 : il passe alors 27 jours au poste avant de se retrouver en prison.

Sa condamnation : quatre ans de prison et 800 coups de fouet en première instance sur dénonciation. Un homme affirmait alors l’avoir entendu tenir des propos contre Dieu, lors d’une discussion dans un café, et un religieux l’accusait de "blasphème" dans un recueil de poèmes que le Palestinien a écrit il y a 10 ans.

Lors du premier procès, Ashraf Fayad avait démenti que son ouvrage soit "blasphématoire", mais s’était quand même excusé. La cour n’avait alors "pas voulu le condamner à mort". Mais tout récemment, selon l’ONG Human Right Watch, un autre tribunal est revenu sur cette décision. Privé de carte d’identité, le poète n’a pu bénéficier de l’aide d’un avocat pour se défendre. Faute de pouvoir prouver trace "d’incitation à l’athéisme" dans ses poèmes, la police religieuse l’avait poursuivi pour avoir fumé et pour arborer des longs cheveux.

Pétition :

https://www.change.org/p/sauvons-le...


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84