Espèce humaine et biodiversité

mercredi 4 avril 2007
par  K.S.
popularité : 5%

[*"N’oublions pas que si nous ne nous occupons pas de l’environnement, l’environnement s’occupe de nous..."*]

JPEG - 4 ko

La disparition de bactéries et d’autres organismes microscopiques ou souterrains peut avoir de terribles répercussions pour l’ensemble des vivants et il faut se méfier de la tendance à ne se préoccuper que des espèces les plus visibles. Les scientifiques nous mettent en garde : décider de sauvegarder une espèce plutôt qu’une autre est un choix trop restreint. Il faut plus d’ambition. Le recours à des espèces emblématiques ne doit pas faire oublier que les autres ont aussi un rôle à assurer dans le maintien de la vie sur la planète. Ne pas oublier de préserver les milieux : la mise en valeur des « services écosystémiques » rendus par la biodiversité a l’avantage d’attirer l’attention sur les problèmes en soulignant aux humains qu’ils ont grand intérêt, voire un intérêt vital, à se préoccuper de la situation.

Hubert Reeves, dans l’éditorial de L’Echo de la Ligue ROC, (printemps 2007).


Brèves

17 mai 2016 - Marguerite Yourcenar :

"L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à (...)

11 janvier 2016 - Mots d’enfant : Rafael, 6 ans

« Pourquoi les militaires portent-ils toujours des vêtements avec plein de taches de vache marron (...)

9 mai 2015 - Omar Khayyam :

"Referme ton Coran. Pense et regarde librement le ciel et la terre."
(Omar Khayyam / 1048-1122 (...)

22 avril 2015 - Travail

Il ne faut rien attendre des traitements symptomatiques de la « crise, car il n’y a plus de crise (...)

1er février 2015 - Charlie Hebdo

Les amis de l’association Horizontes del Sur le rappellent :
Dans l’édition du 8 octobre 2014, (...)