"Dieu : de quoi j’me mêle !"

deux documentaires et un débat.
samedi 13 décembre 2008
par  K.S.
popularité : 15%

La soirée thématique sur Arte le mardi 9 décembre, entre 21 h. et 22 h 30, intitulée "Dieu : de quoi j’me mêle !" comprenait deux films « Quand la République se voile la face… » et « L’Europe est-elle chrétienne ? » puis un débat animé par Daniel Leconte avec Elisabeth Badinter et Seyran Atès.

« Quand la République se voile la face… »

(documentaire de Ted Anspach)

Lille : Amar Bergham était connu comme athée par ses enfants. Il voulait, à sa mort, être incinéré, sa fille a tenté avec conviction de faire respecter ses dernières volontés. En vain. Il est inhumé dans le carré musulman, sur décision de justice, le tribunal ayant donné raison à l’ex-épouse, musulmane très pratiquante, plutôt qu’à ses enfants.

Lille, encore : à la piscine municipale, un créneau est réservé exclusivement aux femmes, avec personnel féminin. Officiellement par « féminisme », en fait à l’usage quasi intégral des musulmanes et des israélites.

Roubaix : Une association cultuelle utilise la subvention municipale qui lui a été allouée pour une sortie « culturelle », qui s’avère être le rassemblement au Bourget de l’UOIF [1], avec conférence de Tarik Ramadan.

Nice : une petite association israélite, Sami, demande au directeur de l’hôpital public des aménagements en matière de cuisine. La Charte du malade le prévoit en effet, et tout sera organisé pour le service de repas cacher. Puis, au nom du partage, le Président propose que soit servi un repas cacher à l’occasion de fêtes juives, à tous les malades… Embarras – temporaire – du directeur, au nom de la neutralité, puis ouverture…

Lyon : Des parents d’élèves ayant exigé des repas hallal et cacher, les cantines scolaires des écoles publiques proposent comme alternative des repas végétariens, solution qui paraît-il, satisfait laïques et religieux.

Lyon, encore : au service d’obstétrique de l’Hôtel Dieu (hôpital public, malgré son nom), les maris fondamentalistes refusent les soins prodigués par les médecins masculins. En cas de refus, il y a des insultes, des menaces, des gestes de violence et depuis un climat de crainte s’est installé chez les professionnels de santé.

Lyon, toujours : interview de Nadir Benabès qui a été candidat aux législatives (1,5 % des voix). Pour lui, les laïques sont des intégristes qui essaient d’ « athéiser » la société française et l’empêchent d’évoluer. L’islam est à la fois religion et mode de vie, et ne peut donc pas rester dans la sphère privée.
(Ci-dessous, couverture du célèbre livre de Léo Taxil, "Satan franc-maçon)

Un peu plus tard, il confie que « la franc-maçonnerie est une secte satanique, dont le Grand Maître est Satan lui-même. Le but de la Franc Maçonnerie est de réduire à néant toute spiritualité [2]. La laïcité est une création de la Franc Maçonnerie, son essence pure est la doctrine de Satan. »

« Ces petits arrangements avec la laïcité peuvent paraître anodins ; cumulés, ils forment un tableau inquiétant. »

dit le commentaire sur « programme Arte ».

Nous traversons la Manche et voici le communautarisme institutionnalisé au Royaume Uni. Beaucoup de mariages se font selon la seule loi coranique (sans mariage civil) et de même pour les divorces, prononcés par des tribunaux appliquant la Charia. On apprend aussi l’invention géniale d’une « burka chirurgicale » permettant de pratiquer enveloppée des pieds à la tête.

« L’Europe est-elle chrétienne ? »

Au sein de l’Union européenne, les laïques font face aux lobbies religieux de plus en plus puissants, de plus en plus influents, essentiellement catholiques et islamistes. Dans l’hémicycle même, des députés chrétiens, polonais ou allemands, partent en guerre contre l’avortement, la science et la laïcité.

Il est vrai que les traditions dans ce domaine diffèrent d’un pays à un autre. Par exemple, les allemands paient un impôt religieux, les crucifix ont leur place dans les classes de Bavière, et enfin, dans un pays sur deux, le blasphème est pénalement condamné.

Qui savait que les douze étoiles du drapeau européen faisaient référence aux douze étoiles qui, dans la vision de Jean dans l’apocalypse, couronnent la tête de la vierge Marie ? [3]

L’enquête menée par Arte (réalisateur Emmanuel Besnier) se déroule en Allemagne, en France et à Bruxelles, avec des commentaires de Jacques Le Goff, médiéviste français, Elie Barnavi, historien israélien, Antoine Sfeir, professeur franco-libanais, et Malek Chebel, l’anthropologue et philosophe algérien.

Le débat :

Daniel Leconte animait le débat qui faisait suite à ces documentaires avec deux invitées : Elisabeth Badinter [4] et Seyran Atès [5]

Il n’y eut, entre ces deux personnalités, que des nuances dans l’expression d’un attachement très fort à la laïcité, seul véritable rempart des droits des femmes.
L’une et l’autre insistent sur le caractère patriarcal et oppressif des religions monothéistes, qui justifient les violences domestiques innombrables faites aux femmes.

Elisabeth Badinter souligne d’abord que l’Europe avait de très nombreuses racines, et pas seulement judéo-chrétiennes.
Elle dénonce le grignotage de la laïcité, avec laquelle il ne devrait pas y avoir d’accommodement, puisqu’elle n’exclut pas mais permet à chaque individu de définir ses convictions. La laïcité est séparation de l’espace et respecte les religions, qui ne font pas de même. Dire comme Le Président de la République que le curé vaut mieux que l’instituteur en matière de morale suppose que les athées ne sont pas équivalents aux croyants en matière de puissance intellectuelle et morale.

Seyran Atès, qui se dit « musulmane séculière » et laïque, admiratrice de Simone de Beauvoir, voit dans la burka ou le foulard une forme de l’estampillage « deuxième sexe » analysé dans l’œuvre de Beauvoir.
En cédant à la crainte d’être taxé d’intolérance et d’islamophobie, les institutions font le lit de l’oppression des femmes et leur barrent la route de l’intégration sociale et culturelle. C’est une telle attitude qui relève de l’islamophobie puisqu’elle ne reconnaît pas aux femmes de cette communauté les mêmes droits qu’aux autres.

Daniel Leconte cite un extrait d’une résolution de la commission des Droits de l’Homme à l’ONU, dont le rapporteur sur la question du racisme est M. Doudou Diène.
« Une critique contre le port de la burka constitue une agression raciste. La laïcité est ancrée dans une culture esclavagiste et colonialiste. La loi française contre le port de signes religieux à l’école participe du racisme antimusulman renommé islamophobie occidentale. »
A qui Elisabeth Badinter, outrée, rétorque que la burka, et tout ce qui va avec, est une prison pour les femmes. Seyran Atès soulève les dangers du multiculturalisme et dit avoir déclaré :
« Si l’Europe évoluait vers le modèle de la Grande Bretagne, je partirais. Je n’ai jamais voulu vivre dans un pays musulman. Donc adieu l’Europe ! »

Compte rendu : S.K.S.


[1Union des organisations islamiques de France

[2On voit bien qu’il ne la connaît vraiment pas, ignorant la symbolique omniprésente, le grand Architecte de l’univers, etc.

[3« Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles. » (Apocalypse XII, 1) Cette apparence de Marie se trouve aussi sur la médaille miraculeuse et les vitraux de la cathédrale de Strasbourg. Le bleu est la couleur de Marie, et le douze est un nombre très présent dans la Bible. Arsène Heitz, le dessinateur du drapeau, revendiqua plus tard le drapeau comme étant effectivement une allusion à la Vierge Marie, même si ce sens n’avait pas été évoqué ouvertement avant l’adoption du projet. Par coïncidence, l’adoption eut lieu un 8 décembre, jour de la Fête de l’Immaculée Conception. Cette symbolique n’a pas forcément échappé aux fondateurs de l’Europe, certains étant très chrétiens : Robert Schuman a un procès en béatification en cours. Information Wikipedia

[4Féministe, Agrégée de philosophie, spécialiste du Siècle des Lumières. Ecrivain et co-auteur, avec son mari Robert Badinter, d’une biographie de Condorcet

[5Féministe, avocate née en Turquie et vivant en Allemagne. Auteur de plusieurs livres, dont La Traversée des flammes traduit en français. Victime d’un attentat, elle a échappé de peu à la mort et son agresseur fut acquitté faute de preuves. Elle a reçu en 2004 Sénat de Berlin le Prix de la femme pour son engagement contre les mariages forcés.


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)