Omar Khayam : Rubayat

Du grand poète et penseur libre Omar Khayam, quelques vers sur l’Enfer et le Paradis.
mercredi 17 décembre 2008
par  K.S.
popularité : 8%

Boire du vin, courir les jolies comme des tulipes,

C’est mieux que d’être dévot dont les moeurs …

S’il y a l’enfer pour ceux qui font l’amour et qui boivent,

Alors personne jamais ne verra le paradis des âmes.

Oh ! tant de fois fouiller la terre et les mers ?

Etre incroyant ? être incroyant ? ô pensers amers !

Ils disent tous : « Khayam ira en enfer ! » Qu’ils le disent tous !

Qui vint du Paradis, qui s’en fut aux enfers ?

Dieu, quand il mêla, moula notre glaise,

D’avance savait tout ce que je ferais, dirais ;

Je n’ai commis aucun péché qu’il ne l’ait ordonné ;

Donc au Jour du Jugement pourquoi me condamner ?

Vends le Coran, vends tous les livres saints, pour du vin !

Aurais-tu des mosquées, vends-les pour du vin !

Echangeons un royaume pour un verre de vin !

Le ciel, bol à l’envers, redressons-le en bol de vin !


Brèves

27 novembre 2008 - Les amis de Georges

Dans le numéro 106 (novembre-décembre 2008) de la revue "Les amis de Georges" , on trouve (...)