Benoît XVI, droit dans ses bottes !

mercredi 18 mars 2009
par  K.S.
popularité : 10%

Le 17 mars dernier, à bord de l’avion d’Alitalia qui l’emmenait au Cameroun, première étape de sa tournée de 7 jours en Afrique, le pape Benoît XVI a déclaré devant des journalistes que le problème du sida ne pouvait pas être réglé par la distribution de préservatifs.

On ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème, a-t-il dit, estimant que la solution passait par un réveil spirituel et humain et l’amitié pour les souffrants.

Benoît XVI ne s’était pas jusqu’à présent exprimé directement sur l’utilisation du préservatif, seul moyen à ce jour, rappelons-le, d’empêcher la contamination par le VIH.

Le sida a un impact dévastateur en Afrique, surtout dans des pays d’Afrique australe tels que le Botswana, le Swaziland et l’Afrique du Sud, qui sont les plus touchés au monde.
Mais le Vatican persiste à prôner l’abstinence comme seul moyen de lutter contre la propagation du VIH, alors qu’en Afrique même certains prêtres et religieuses impliqués dans la lutte contre le Sida remettent en cause l’opposition de l’Eglise à l’usage du préservatif.

Il y a quelques semaines, le Vatican déclarait par la voix du cardinal Giovanni Battista Re que le viol est moins grave que l’avortement alors que la vie de la fillette de 9 ans, violée par son beau-père et enceinte des jumeaux, était mise en danger par cette grossesse.

Aujourd’hui, Benoît XVI préfère que le sida continue de se propager, en Afrique et ailleurs, ajoutant son lot à la misère déjà présente. Plus de 25 millions d’Africains sont morts de cette maladie depuis 1980, et presque autant survivent avec le VIH.

[*Alors, la préservation de la vie pour des embryons, mais pas pour des adultes et des enfants ? *]

Les ravages de cette épidémie compromettent gravement les chances de l’Afrique d’accéder à un équilibre social et économique, mais selon le pape, la crise actuelle découle d’un manque d’éthique dans les structures économiques, c’est là que l’Eglise peut apporter une contribution.

Le manque d’éthique dans les structures économiques cela s’appelle capitalisme et néocolonialisme. Lorsque des prêtres ouvriers en Europe, des curés « guerilleros » en Amérique latine ont cru pouvoir accorder Evangile et luttes sociales, ils ont vite été clairement désavoués et ont du se soumettre ou se démettre. Alors quelle contribution l’Eglise peut-elle apporter ? Un passeport pour l’au-delà ? Quelques hosties pour viatique ?

Quant à l’amitié pour les souffrants... Une certaine Mère Thérésa a sévi en Inde, refusant pour les patients atteints de la lèpre, du sida ou de la tuberculose toute aide médicamenteuse, seule la bonté divine devant les soulager ! De façon incompréhensible, elle est considérée comme un modèle de bonté et d’altruisme et a reçu en 1979 le Prix Nobel de la Paix ! En 2003, elle a été « béatifiée », première étape de la canonisation.

[*Résumons :
Un évêque révisionniste réintégré, le viol excusé, le préservatif et l’avortement condamné, l’abandon des malades à leurs souffrances comme signe de sainteté. Voilà toute la compassion dont est capable l’Eglise.*]

S.K.S.


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)