Sommes-nous des obsédés de l’anticléricalisme ?

samedi 29 août 2009
par  K.S.
popularité : 13%

Des internautes visitant « Penser libre – Les amis d’André Arru » peuvent trouver que, ces derniers temps, nous accordons beaucoup (trop ?) d’importance aux diverses atteintes à la laïcité, ainsi qu’aux expressions de personnalités s’insurgeant contre ces manifestations confessionnelles. Certains estiment que nous « tirons sur l’ambulance » à propos de l’Eglise catholique, qui serait en perte de vitesse. D’autres es se sentent mal à l’aise lorsque l’islam est critiqué, car ils y voient un risque de convergence avec la droite raciste et colonialiste.

Pourtant il faut rester lucides. Dans leur ensemble, les religions institutionnalisées pèsent de toute la force de leurs lobbies sur les mentalités, sur les politiques et le fonctionnement de la société, sur la législation et l’attribution des fonds publics, etc. En France, les musulmans pratiquants trouvent la séparation des Eglises et de l’Etat incompatible avec une pratique sérieuse de l’islam. La hiérarchie catholique de son côté n’a jamais accepté de se voir privée – malgré de multiples entorses et accommodements – de ses nombreux privilèges, notamment dans le domaine de l’éducation. Ce n’est guère étonnant. Conserver les croyants dans des convictions orthodoxes nécessite des dispositions qui entretiennent la foi : pratique quotidienne de prières, jeûnes rituels, messes ou prêches, et bien sûr l’énonciation d’une morale qui donne des réponses aux questions existentielles comme aux préoccupations plus terre à terre. La liberté de pensée ne peut éclore facilement dans ces conditions, sauf chez des esprits rebelles. Et, à toutes les époques, heureusement, il s’en révèle.

Il peut paraître bien plus confortable, à première vue, de croire et de se reposer ainsi sur des règles bien établies, des certitudes sans faille, et de se laisser guider par des chefs spirituels.
Voire. Lorsque les monothéismes sont à l’œuvre (nous n’évoquerons pas ici l’hindouisme, non exempt de cruauté) que voit-on ? Sur le plan collectif, des conflits sanglants, des guerres interminables, des atrocités, le choix pour les « infidèles » entre la conversion ou la mort. Sur le plan individuel, la culpabilité érigée en principe, la condamnation du corps, du plaisir, de la liberté. Et en particulier pour les femmes, la claustration, l’asservissement, le refus de les considérer autrement que comme des marchandises, des servantes, des machines à enfanter.

Il n’est pas dans nos habitudes de traiter de la politique politicienne. Mais force est de constater que l’actuel président de la république, Nicolas Sarkozy, multiplie les attaques contre la laïcité, contre la séparation des Eglises et de l’Etat, pourtant constitutionnelle, tandis que le régime actuel institue peu à peu des dispositions contraires aux libertés individuelles.

La laïcité et la liberté de pensée sont en véritable danger. Elles n’ont jamais été réellement acquises, mais, pour employer un vocabulaire syndical, les quelques « avancées » sont grignotées et remises en cause. La Séparation des Eglises et de l’Etat avait souffert dès le début de multiples dérogations : pour ne citer que les plus importantes, le régime de concordat d’Alsace-Lorraine qui n’a jamais été modifié, l’entretien par les municipalités des édifices religieux construits avant 1905 et dont l’usage reste confessionnel, enfin les fonds publics attribués (largement) à l’enseignement privé religieux par le biais de conventions tout en restreignant les moyens de l’enseignement public.

D’autres dispositions récentes, moins voyantes, concernent les établissements municipaux, les hôpitaux, etc. Elles sont instituées le plus souvent au nom du respect des différences, en réalité elles ferment les possibilités pour les individus – et notamment les femmes - de s’extraire du fonctionnement communautaire.

Alors, nous continuerons à pointer les manifestations des cléricalismes, ce qui ne nous fera pas oublier d’autres sortes d’oppression auxquelles répondent diverses formes d’objection et de désobéissance.

SKS


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)