"Utopies Américaines" par Ronald Creagh

mercredi 10 mars 2010
par  K.S.
popularité : 15%

« Si l’on n’attend pas l’inattendu, on ne le trouvera pas, car il est difficile à trouver » (Hérodote)

Détail couverture du livre "Utopies américaines"

« Utopies américaines - Expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours » vient compléter et actualiser Laboratoires de l’utopie, publié en 1983, dont le champ d’étude s’arrêtait à 1960 [1].

«  L’utopie n’est pas un pur produit de l’imaginaire. Elle est aussi […] une propriété de l’univers, un effet du chaos et de l’émergence qu’il suscite. [2] »

Lors de la présentation au CIRA de Marseille, le 9 janvier dernier, de ce dernier ouvrage, Ronald disait qu’il fut d’abord observateur sceptique, puis qu’il a perdu peu à peu ses réticences devant ces expériences tellement riches et diverses.

Avançons donc avec lui à la rencontre de ces hommes, femmes et enfants qui inventent de nouvelles façons de vivre en société, dans ces Etats-Unis d’Amérique où l’on trouve encore aux XIXème et XXème siècles, des fermes et des terres à acquérir, même avec de modestes ressources… Si l’on peut évaluer à quelques milliers – au moins – ces créations de communautés, dont un certain nombre sont d’inspiration religieuse ou se réfèrent à Charles Fourier ou à Robert Owen, Ronald Creagh a centré son étude sur celles qui par leur projet et/ou leur pratique se rattachent à l’esprit libertaire, sans forcément se référer à l’anarchie, mais dont la pratique en témoigne, par le refus de commander ou d’être commandé, et la contestation des différentes formes de domination.

«  Or ce qui nous intéresse, c’est l’agencement émancipateur, anarchiste, de ces collectifs qui ne se soumettent donc plus à quelque figure extérieure, un être transcendant, un génie, un expert ou un chef tout-puissant, ni même une révolution future. Ils s’autodéterminent c’est-à-dire qu’ils se donnent tous les moyens d’agir immédiatement en êtres autonomes : cet élan pour se prendre en charge, individuellement et collectivement, c’est l’émancipation. » [3]

Ronald relate sans fard mais, on le sent, avec amitié, ces tentatives si diverses. Les communautés qui se forment, petites ou grandes par le nombre de participants, de durée plus ou moins brève, se confrontent avec de dures réalités : la faim, le froid, l’hostilité des villages alentour, les querelles internes. Mais on découvre aussi des réalisations : des écoles avec une pédagogie différente (et même une « anti-pédagogie »), des bibliothèques, des journaux, des orchestres. Parfois même les voisins se montrent solidaires.

Les références, l’éthique, les affinités à l’oeuvre dans ces groupes sont très variées, mais on peut tirer de grandes lignes.
Ainsi, un des principes anarchistes - pas de règle absolue et universelle de prise de décision - permet une adaptation aux réalités et à l’évolution du groupe et du contexte, et favorise le maintien de la communauté.

Même si, bien évidemment, l’auteur ne tire pas de conclusion hâtive de ces expériences, leur description précise permet au lecteur d’enrichir ses propres réflexions : comment réaliser l’utopie, trouver un accord entre ses idéaux et son mode de vie, réaliser ici et maintenant un embryon de société différente, qui de nous n’y pas songé, plus ou moins fréquemment, plus ou moins sérieusement ?

SKS


[1Ronald Creagh, Utopies américaines - Expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours, éditions Agone, 400 pages.

[2page 292

[3page 25


Brèves

21 septembre 2011 - ’Le vrai scandale des gaz de schiste

Vient de paraître :
"Le vrai scandale des gaz de schiste" par Marine Jobert et François (...)

18 octobre 2010 - Brassens libertaire

Vient de paraître Brassens libertaire de Marc Wilmet .
En voici la présentation par la librairie (...)

12 janvier 2009 - « Qui sont les anarchistes ? »

Information de Raforum Recherches sur l’anarchisme
Le prochain numéro du « Monde diplomatique » (...)

20 décembre 2008 - Encyclopédie anarchiste en ligne

Raforum () annonce :
« La grande et unique Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure vient (...)

20 novembre 2008 - Emile Temime

Emile Temime est mort à Marseille le 19 novembre à l’âge de 82 ans,. Historien, il fut notamment (...)