Contre la nuit sécuritaire

Le 3ème Colloque du Collectif des 39
mercredi 22 septembre 2010
par  K.S.
popularité : 12%

« Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît. »

(François Tosquelles)

Dans un courriel du samedi 18 septembre 2010, le Collectif des 39
Contre La Nuit Sécuritaire annonce son
3ème Meeting National qui se tiendra à Villejuif le samedi 25 Septembre 2010, de 9 h à 17h [1].

Sous le titre Quelques enjeux actuels en psychiatrie : à propos de la réforme de la loi de 1990. le Dr Elie Winter propose une longue analyse des perspectives inquiétantes concernant l’organisation des soins en psychiatrie. En voici quelques extraits :

«  Comment en effet justifier que l’évolution de la psychiatrie de ces 20 dernières années aille sans cesse vers l’augmentation de l’usage de la contrainte, des chambres d’isolement, la banalisation de la contention physique ? Les médicaments sont sensés être plus efficaces, et mieux tolérés... et dans le même temps on voit des patients préférer retourner en prison que de rester à l’hôpital psychiatrique (où les patients hospitalisés pendant une peine de prison sont maintenant souvent en chambre d’isolement, avec contention physique de principe dès leur arrivée, quelque soit leur état clinique, du simple fait de leur statut de détenu). Et pour revenir au cas plus général, même pour les patients qui ne nécessitent pas absolument de soins sous contrainte, l’HDT [2] est devenue à certains endroits une condition pour trouver un lit d’hospitalisation. »

« La contrainte aux soins n’est de fait défendable qu’en tant qu’assistance à personne en danger. Imagine-t-on que les patients psychiatriques sont aujourd’hui plus en danger qu’en 1990 ? Pourquoi une telle explosion des soins sous contrainte ?
On le sait, c’est le processus inverse qui s’est développé, c’est une autre logique qui prévaut : économiser, quitte à contraindre, enfermer, et utiliser des ceintures de contention.
 »

« Parler de souffrance, comprendre l’angoisse, c’est "has been" ! Pour être "sérieux" aujourd’hui, il faut parler médicament et neurotransmetteurs. La maladie ainsi réduite à une seule de ses composantes (même bien réelle) se soigne alors par une prise en charge binaire : "prend" ou "ne prend pas" ses médicaments neuroleptiques. Une telle conception de la folie est facilement compatible avec "prend tout seul son traitement" ou "risque d’arrêter les médicaments donc contrainte". »

Dans un « Appel à comité de soutien en direction du monde de la culture » le Collectif fait remarquer :
« Nous savons bien que c’est la peur qui génère des réactions violentes chez certaines personnes ; or, cette loi va organiser la peur des patients et la peur chez les patients. » et affirme :
« Nous ne voulons pas d’un tri des êtres humains en fonction de leur valeur utilitaire.
Nous ne voulons pas d’un retour au grand renfermement.
Nous ne voulons pas de l’internement à domicile.
 »

On trouvera l’intégralité de ces textes et les modalités d’inscription au Colloque sur http://www.collectifpsychiatrie.fr/.

SKS


[1Espace Congrès Les Essalières, 3 bd Chastenet du Géry. M° Villejuif Léo Lagrange

[2Hospitalisation à la Demande d’un Tiers.


Brèves

18 août - Sacco et Vanzetti

Le journal des I.W.W du 13 août 1927, annonçant la future exécution de Sacco et Vanzetti :
Dans (...)

8 août - Ne pas oublier : Les 6 et 9 août 1945

Les 6 et 9 août 1945, bombardements atomiques sur les villes de Hiroshima (340 000 habitants) et (...)

20 juin - 20 juin : Journée mondiale des réfugiés.

Plus de 5000 personnes sont encore mortes noyées en 2016 en Méditerranée. La France, terre (...)

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)