A propos du nouveau manifeste des 343...

mardi 26 avril 2011
par  K.S.
popularité : 14%

A propos du nouveau manifeste des 343, un ami fait remarquer que les deux manifestes, celui de 1971 et celui de 2011 n’ont en commun que le titre choisi « manifeste des 343 » et le fait d’avoir des femmes pour signataires.

Sans doute l’article qui a suscité ses réactions (1971 - 2011 : deux manifestes des 343 http://penselibre.org/spip.php?arti...) était-il insuffisant, car il faisait surtout état des critiques justifiées de l’UFAL qui regrettait que la laïcité soit absente du nouveau manifeste.

Notre ami rappelle qu’en 1971, les signataires du Manifeste des 343 prenaient un véritable risque d’être poursuivies. Les jeunes femmes du XXIème siècle ont du mal à imaginer le climat qui régnait alors. La libéralisation de la contraception était toute récente [1], et l’avortement – pas encore transformé pudiquement en IVG [2] – passible de peines lourdes.

Pour les internautes qui n’auraient pas eu le loisir de lire le « Manifeste des 343 salopes », en voici quelques morceaux choisis :

« Il va de soi que nous n’avons pas comme les autres êtres humains le droit de disposer de notre
corps. Pourtant notre ventre nous appartient.
L’avortement libre et gratuit n’est pas le but ultime de la lutte des femmes. Au contraire il ne
correspond qu’à l’exigence la plus élémentaire, ce sans quoi le combat politique ne peut
même pas commencer. Il est de nécessité vitale que les femmes récupèrent et réintègrent leur
corps. Elles sont celles de qui la condition est unique dans l’histoire : les êtres humains qui,
dans les sociétés modernes, n’ont pas la libre disposition de leur corps. Jusqu’à présent, seuls
les esclaves ont connu cette condition.
 »

« Aux fascistes de tout poil — qu’ils s’avouent comme tels et nous matraquent ou qu’ils
s’appellent catholiques, intégristes, démographes, médecins, experts, juristes, “ hommes
responsables ”, Debré, Peyret, Lejeune, Pompidou, Chauchard, le pape — nous disons que
nous les avons démasqués.
 »

« Foetus tu préserveras, car plus intéressant de les tuer à 18 ans, âge de la conscription. »
On remarquera le lien fait avec le refus de la guerre et la lutte pour la reconnaissance de l’objection de conscience.

On pourra comparer l’expression énergique du premier manifeste avec celle plus modérée du second, par exemple :

« Nous voulons atteindre l’égalité femmes - hommes dans les têtes et dans les faits. Nous
exigeons aujourd’hui que nos droits fondamentaux deviennent réalité. Des mesures doivent
être prises rapidement pour garantir l’égalité dans l’emploi, en faisant reculer la précarité du
travail des femmes et en imposant l’égalité salariale. Il est temps de prévoir une éducation dès
le plus jeune âge pour comprendre et remettre en cause les mécanismes de domination. Nous
demandons que chaque femme puisse accéder à une contraception libre et gratuite, puisse
avorter dans de bonnes conditions, être mère si elle en fait le choix. Il faut en finir avec les
violences sexistes qui pèsent sur chacune d’entre nous.
 »

Demander des mesures se situe bien dans un contexte de consensus.

Merci, donc, à notre ami, qui nous a permis d’approfondir le sujet.

SKS


[1Loi Neuwirt : 28 décembre 1967, moyens contraceptifs interdits de publicité jusqu’en 1972.

[2Loi Veil : 15 janvier 1975, texte provisoire valable 5 ans, vote définitif en 1979.


Brèves

18 août - Sacco et Vanzetti

Le journal des I.W.W du 13 août 1927, annonçant la future exécution de Sacco et Vanzetti :
Dans (...)

8 août - Ne pas oublier : Les 6 et 9 août 1945

Les 6 et 9 août 1945, bombardements atomiques sur les villes de Hiroshima (340 000 habitants) et (...)

20 juin - 20 juin : Journée mondiale des réfugiés.

Plus de 5000 personnes sont encore mortes noyées en 2016 en Méditerranée. La France, terre (...)

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)