Ballade pour un pitre

Un poème d’Esther Granek
mardi 24 mai 2011
par  K.S.
popularité : 30%

Ballade pour un pitre

Oyez la triste histoire d’un pitre.

Pleurez, pleurez en écoutant.

Une vie durant porta ce titre.

Puis tout cessa. Soudainement.

Heureux comme un poisson dans l’eau

quand il grimaçait sur les planches,

il avait cent tours dans sa manche.

On se tordait. Criant : bravo !

Bienfaiteur de l’humanité

qu’il distrayait de ses misères,

il faisait rire à s’étouffer

mettant en joie des salles entières.

Pourtant à chaque apparition,

un trac affreux, puissant, félon,

le harcelait de ses morsures.

Ce n’était guère une sinécure.

Mais il adorait ses angoisses.

Jamais n’aurait cédé sa place

et sombrement appréhendait

de ne plus être qu’un passé.

Eh bien voilà, c’est arrivé..

Il est fini son temps de gloire.

Pleurez, pleurez, vous, l’auditoire !

Quoi ? Nulle larme ne versez ?

Ah ! Quelle affreuse ingratitude !

Rien ne justifie l’attitude

d’un public qui, sans un regret,

vers d’autres pitres s’est tourné.

Pourtant qu’y faire ? Soudainement

il ennuya, rien ne créant

et se bornant à rabâcher

vieux trucs et machins éculés.

Tout se mettait de la partie

comme une grande trahison.

Sa mémoire, ses jointures, son ton.

Il restait seul , tel un oubli

Avec les ans qu’il encaissait

et comme plus rien ne l’attendait,

parfois il s’offrait des grimaces.

Pour se distraire. Devant la glace.


Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978


Brèves

27 novembre 2008 - Les amis de Georges

Dans le numéro 106 (novembre-décembre 2008) de la revue "Les amis de Georges" , on trouve (...)