Amen

mardi 16 août 2011
popularité : 23%

Par des ‘je vous salut Marie’

De leurs consciences aigries

Les gens - bien à la confesse -

Passent le temps qui presse.

---

Ils nous mentent ces gens là

Avec leur pari sur l’Au-delà

Quand la foi juste au cas où

Les lavera fidèles à genoux.

---

Se différenciant des impies

Qui jamais au sol ne prient

Les hommes de bon choix

Portent le poids de la croix.

---

Ainsi tous pêchés nettoyés

Ils pourront recommencer

Tel un cycle de l’Histoire

À exécuter l’avenir en noir.

---

Le temps qui passe – presse

Les gens biens à la confesse

De leurs consciences aigries

Par des ‘je vous salut Marie’.

Stéphen Moysan

Poème trouvé sur : http://www.eternels-eclairs.fr/step...


Brèves

27 novembre 2008 - Les amis de Georges

Dans le numéro 106 (novembre-décembre 2008) de la revue "Les amis de Georges" , on trouve (...)