Douloureuse condition des femmes

lundi 16 juillet 2012
par  K.S.
popularité : 23%

-  En Afghanistan : signalé par Avaaz [1], le cas de Lal Bibi.

Cette jeune fille de 18 ans a été kidnappée, violée, torturée et enchaînée à un mur pendant 5 jours par un gang de puissants officiers de police afghans. Selon une coutume locale encore vivace dans certaines régions d’Afghanistan, les femmes "déshonorées" par un viol doivent se suicider pour restaurer l’honneur de leur famille et des générations futures. Mais Lal Bibi, soutenue, fait remarquable, par sa famille, déclare publiquement qu’elle se soumettra à cette tradition, sauf si ses violeurs sont traduits en justice.

Avaaz propose une mobilisation mondiale pour convaincre les pays apportant à l’Afghanistan une aide financière chiffrée en milliards, d’user de leur influence pour exiger des changements réels pour Lal Bibi et toutes les femmes afghanes." Toujours selon les informations d’Avaaz : " Le système judiciaire afghan échouant systématiquement à poursuivre les violeurs, les principaux suspects de l’affaire Lal Bibi n’ont pas été poursuivis, et les juges espèrent que l’attention de la communauté internationale va retomber. Chaque jour qui passe sans arrestation rapproche Lal Bibi du suicide — mais il y a de l’espoir. "

On peut apporter un soutien avec cette pétition :
https://secure.avaaz.org/fr/justice...

-  En Grèce : signalé par diverses associations féministes et Amnesty International, le cas de femmes séropositives incarcérées….

En pleine crise économique, trouver des boucs émissaires peut rendre bien des services.

C’est sans doute dans cette optique que des mesures ont été prises par le gouvernement grec contre les personnes étrangères et/ou sans-papiers, et plus particulièrement contre des femmes séropositives, toxicomanes et certaines prostituées de façon occasionnelle ou d’autres de façon régulière. Invoquant la protection des clients masculins, "les femmes migrantes prostituées comme des bombes contre la santé et la vie de famille des hommes grecs", le Procureur de la République a été autorisé à publier les photos, noms, et adresses de leur domicile, violant ainsi tant le secret médical que les traités internationaux et européens pourtant signés par l’État grec a signé concernant la protection des personnes séropositives. Les opérations de police ont abouti, dans la majorité des cas, à l’arrestation de femmes grecques.

Qu’elles soient grecques ou immigrées, les décisions gouvernementales visent donc à protéger les hommes, ce que dénoncent les organisations féministes qui soulignent plusieurs faits, notamment :

-  les clients comme les proxénètes forcent couramment les prostituées à ne pas utiliser de préservatifs (pour la satisfaction du client et le bénéfice du proxénète, ces rapports étant plus chers) ;
-  aucun enseignement sur le VIH n’est donné dans l’enseignement ;
-  Les fonds alloués à la lutte contre la toxicomanie et à la santé en général ont été réduits de façon drastique.

Logique machiste : Ce sont les hommes (mineurs ou majeurs) qui demandent le rapport sans préservatif, et ce sont les femmes qui vont en prison…

On peut protester en envoyant sa signature à : againstviolencewomen@gmail.com

SKS


[1Avaaz (avaaz@avaaz.org)


Brèves

20 juin - 20 juin : Journée mondiale des réfugiés.

Plus de 5000 personnes sont encore mortes noyées en 2016 en Méditerranée. La France, terre (...)

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)