Droit au rêve et devoir de vigilance

lundi 8 avril 2013
par  K.S.
popularité : 9%

Une amie internaute nous signale un site très intéressant : celui de l’Observatoire zététique.
Derrière cet adjectif peu connu, on trouve une démarche rejoignant la liberté de pensée.
Mais qu’est-ce donc ?

Extrait de la page d’accueil :

"La zététique, parfois définie comme l’« art du doute », se caractérise en pratique par une posture sceptique vis-à-vis des allégations « extraordinaires » et l’utilisation de la méthodologie scientifique pour leur étude. Mais appliquée à des phénomènes portant une forte charge affective, cette démarche nécessite une bonne compréhension des comportements relevant de la croyance et de l’engagement."

Quelques principes qui semblent relever du « bon sens » et pourtant…

Ainsi :

"I. Le droit au rêve a pour pendant le devoir de vigilance.

II. Inexpliqué n’est pas inexplicable.

III. La charge de la preuve revient à celui qui l’affirme.

IV. Une allégation extraordinaire nécessite une preuve plus qu’ordinaire.

V. L’origine de l’information est fondamentale.

VI. Quantité de preuves n’est pas qualité de la preuve.

VII. La cohérence n’est pas une preuve.

VIII. Les croyances créent des illusions."

Plus de détails sur : http://www.zetetique.fr/


Brèves

27 juillet 2016 - Le 27 Juillet sur Ephéméride anarchiste

Le 27 juillet 1924, à La Haye (Pays-Bas) à l’occasion du vingtième anniversaire de la création de (...)

25 février 2014 - A visiter : le site des Giménologues

Plein d’infos intéressantes et remarquablement illustrées sur :
http://www.gimenologues.org

12 juin 2013 - Contre le commerce des armes

L’Union pacifiste de France annonce le congrès annuel du Réseau européen contre le commerce des (...)

18 octobre 2011 - Femmes d’Espagne en lutte

Le site des Giménologues signale la parution, aux éditions ACL (Atelier de création libertaire) du (...)

15 mai 2011 - Éloge de la non violence, de la stratégie et de la patience.

Premiers pas...
Une internaute nous signale cette vidéo qui peut paraître un peu simpliste, (...)