« Éloge du blasphème »

mardi 24 décembre 2013
par  K.S.
popularité : 10%

Sur le site de la Convention vie & Nature (www.ecologie-radicale.org)
, le président de l’association signe régulièrement une lettre hebdomadaire.
Le titre de celle qui vient d’être mise en ligne annonce clairement le propos : « Éloge du blasphème ».

Quelques extraits :

« Une religion, quelle qu’elle soit, n’est pas une race, un peuple, mais une idéologie comme toutes les autres, soumises à la libre critique.

Qu’est-ce qui oppose le militant passionné, respectueux d’autrui, et le fanatique dangereux ?

Ceci de fondamental, qui vous permettra de discriminer, l’homme de conviction, jamais du « juste milieu » et le potentiel criminel idéologique :

Le premier nommé mène la bataille des idées. Il attaque, au besoin durement, par la réfutation, l’humour, la caricature, les doctrines et les faits sociaux qu’il combat.

Le second vise l’adversaire, non en ce qu’il pense ou fait, mais en ce qu’il est. Il vise à le détruire physiquement, ou moralement faute de rencontrer les circonstances historiques ouvrant un boulevard sanglant à ses haines. »

[…]

« Alors, distinguant entre les personnes, si souvent victimes d’idées fausses, et ces doctrines, combattons tous les systèmes de pensées, tous les faits sociaux qui génèrent souffrances, névroses, sacrifices, expiations, culpabilités, refus des plaisirs, exaltation de la mort, quêtes d’arrière-mondes farfelus et mépris de la vraie vie, négation de la liberté des individus, enfermement de la femme, ignorance du caractère sensible des animaux.

Cette liste résume les religions monothéistes.
Si vous voulez apprécier les effets de ces doctrines, contemplez les horreurs des zones de fractures communautaristes, là où des religions se côtoient, c’est-à-dire s’affrontent en des guerres inexpiables : Irak, Syrie, Liban, Palestine, continent Indien, Afrique Subsaharienne.

Il ne fait pas bon vivre à l’ombre des dieux et de leurs serviteurs. »

[…]

« Au nom d’un faux respect de l’autre, on l’abandonne aux ténèbres, ce qui, pour le coup, est une manifestation de racisme.

Le complaisant adopte une attitude hypocrite pour ne pas déplaire et assumer sa propre émancipation. Sa « lâche tolérance » revient à dire que les grigris, la sorcellerie, la loi divine, la crédulité, l’emprise d’une religion sur une société vont pour le "bon sauvage" ».

[…]

« On ne tue pas aisément un mythe.
A ce stade, je pense qu’il faut séparer deux aspects du fait religieux.

Si l’individu n’est jamais qu’un instant entre deux néants, celui d’avant la naissance et celui d’après la mort, on peut concevoir que face à l’angoisse, tout individu puisse légitimement chercher une consolation, une issue de secours, dans un arrière-monde.

La croyance en une promesse d’éternité, refuge contre la souffrance morale de devoir mourir, doit être offerte à celui qui ne peut s’en passer.

En revanche, tout ce qui tend à faire souffrir, à supprimer la liberté de pensée et de mode de vie doit être combattu et le fait religieux devient malfaisant lorsqu’il prétend régir la société, s’imposer à ceux qui n’en ont rien à faire.

Laissons à chacun l’imprescriptible liberté de trouver dans les mythes des raisons de ne pas sombrer dans l’anxiété, mais résistons contre tous les fascismes qui veulent nous contraindre à leurs lois. »


Brèves

27 juillet 2016 - Le 27 Juillet sur Ephéméride anarchiste

Le 27 juillet 1924, à La Haye (Pays-Bas) à l’occasion du vingtième anniversaire de la création de (...)

25 février 2014 - A visiter : le site des Giménologues

Plein d’infos intéressantes et remarquablement illustrées sur :
http://www.gimenologues.org

12 juin 2013 - Contre le commerce des armes

L’Union pacifiste de France annonce le congrès annuel du Réseau européen contre le commerce des (...)

18 octobre 2011 - Femmes d’Espagne en lutte

Le site des Giménologues signale la parution, aux éditions ACL (Atelier de création libertaire) du (...)

15 mai 2011 - Éloge de la non violence, de la stratégie et de la patience.

Premiers pas...
Une internaute nous signale cette vidéo qui peut paraître un peu simpliste, (...)