A propos de Panaït Istrati

lundi 9 juin 2014
par  K.S.
popularité : 15%

Christian Delrue, Président de l’Association des « Amis de Panaït Istrati » a bien voulu confier au site le texte d’une intervention qu’il avait faite auprès du Cercle Martinet de La Libre Pensée de Dijon (FNLP) le samedi 25 janvier.

Ce texte étant assez long, nous le proposons à la lecture en document pdf ci-dessous.

L’intervention de Christian Delrue permet de mieux connaître aussi bien Panaït Istrati que Marcel Martinet dont on rappellera, en cette année du centenaire du début du 1er conflit mondial, le refus de la guerre :

« Grâce à la lecture des Réflexions sur la violence d’Albert Thierry, pédagogue d’une éthique syndicaliste affirmant le « refus de parvenir », il se rapproche des syndicalistes de La Vie Ouvrière,Pierre Monatte et Alfred Rosmer, qui refusent le ralliement des dirigeants du Parti socialiste et de la CGT à l’Union sacrée et à la défense nationale. […] L’honneur du socialisme sera sauvé par la minorité internationaliste des socialistes qui s’opposeront à la guerre lors des conférences de Zimmerwald et de Kienthal. ».

Les libres penseurs des diverses associations apprécieront également cette précision concernant Francisco Ferrer :

« Assidûment de 1909 à 1910, épisodiquement jusqu’en 1916, il collabore à la presse ouvrière, surtout dans l’organe socialiste La Roumanie Ouvrière, tout en voyageant au Proche-Orient et à Paris où il fait un bref passage en 1913. L’un de ces articles était consacré au pédagogue, libre penseur et anarchiste espagnol, Francisco Ferrer. « Il voulait, écrit Istrati, faire, de ses élèves des hommes libres et émancipés, adeptes de la science véritable et non pas manipulés par le gouvernement comme des marionnettes, la cervelle bourrée de religion et d’un nationalisme stupide, au service de la classe dirigeante ». Condamné à mort sans preuves par un tribunal militaire dans une parodie de procès, Francisco Ferrer sera exécuté. ».

L’auteur de l’intervention souligne :

« Chacun à leur manière, chacun à leur poste, Marcel Martinet et Panaït Istrati auront mené la lutte contre le stalinisme, l’un à partir de 1924 l’autre à partir de 1929. Cette lutte n’était autre que le prolongement du combat de Marcel Martinet et de ses amis pacifistes internationalistes de 1914. Après avoir participé aux gouvernements fauteurs de guerre, les dirigeants socialistes serviront de béquilles au cours stalinien de la révolution russe. Ils s’étaient couchés devant l’Union sacrée, ils resteront muets face au stalinisme pour ne pas gêner le pacte d’unité d’action avec leurs alliés communistes et radicaux de 1934 à 1938, comme si la vérité devait nuire à l’efficacité de l’organisation et de l’unité de la classe ouvrière. La guerre mondiale de Staline aux opposants de gauche pouvait passer à une étape supérieure : l’assassinat politique de grande ampleur. »

Trois articles présentent ou citent Panaït Istrati sur Penser libre :

Panaït Istrati http://penselibre.org/spip.php?article92,

Panaït Istrati, courte bibliographie, http://penselibre.org/spip.php?article93,

Les Roms : De longs siècles de persécutions - France et Roumanie, http://penselibre.org/spip.php?arti....


Documents joints

PDF - 136 ko

Brèves

14 février 2016 - 14 février : naissance de Julia Bertrand

Institutrice, militante anarchiste, antimilitariste, féministe et libre penseuse, Julia Bertrand (...)